« Ça va mal pour moi et mes confrères, mais Marie-Pier a su parler du cancer qui menace notre espèce avec justesse, sans tomber dans le sensationnalisme. Elle aime les animaux, et ça paraît ».

Le diable de Tasmanie